Pokémon - Twisted Destinies

Entrez dans le merveilleux monde de Pokémon. Votre aventure ne fait commencer et pourtant, le monde est contre vous. L'influence de la Team Plasma se fait de plus en plus grande. Quelles intentions se cachent derrière leurs beaux discours? Découvrez-le!
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Maxwell Roméo Young

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kaylie Monroe
Admin Fondatrice - Coordinatrice
avatar

Messages : 203
Date d'inscription : 09/10/2012
Age : 24

Fiche du dresseur
Type de dresseur: Coordinatrice
Région et ville d'origine: Hearthome City à Sinnoh
Équipe Pokémon:

MessageSujet: Maxwell Roméo Young   Jeu 18 Juil - 0:35

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image] [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image] [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
MAXWELL ROMÉO YOUNG

INFORMATIONS
NOM: Young
PRÉNOMS: Maxwell Roméo
SURNOM: Max, Maxy, ou autre version raccourci de mon prénom qui au final, ne fera que m'indiquer de deux possibilités chez vous. Vous êtes soit un membre intime de mon cercle, quelqu'un qui se considère assez proche de ma personne pour se permettre une telle familiarité. Ou encore, vous souffrez de paresse intellectuelle et l'idée de prononcer mon prénom de sept lettres au complet vous rebute.
PSEUDONYME(S):Monsieur Image, ce surnom affectueux, prêté par mes fans, qui me désigne pendant mes performances.
Silver Spirit, ou Spirit, tout simplement, mon pseudonyme au sein de la Résistance. Un nom sans visage, ou presque, pour mes frères et soeurs rebelles, puisque mon implication dans l'organisation criminelle se concentre surtout au niveau financier et stratégique. Je mentirais si je disais ne jamais avoir tué un homme sous ce nom, en défendant la liberté et l'honneur de ce pays qui m'a vu naître. Je mentirais j'affirmais que ce nom ne me hante pas, au plus noir de la nuit.
ÂGE: 28 ans et des poussières
DATE DE NAISSANCE: Triste est le mois de novembre, celui pendant lequel je suis né. Le premier de novembre, pour répondre à votre question.
SEXE: Masculin
GROUPE: Compétiteur (Élite); Résistance.
RÔLE: Maître Coordinateur; Souffle de la Résistance.
MÉTIER/ÉTUDES: Je crains... Pouvons-nous parler d'autre chose que ma pauvre scolarité? Vous en saurez plus bien assez rapidement.
ORIGINE: Mise au monde entre deux poubelles dans le bidonville d'Amanil. L'île d'Enola est mon chez-moi, ma maison, ma patrie. Je n'ai jamais mis les pieds ailleurs et je ne compte pas le faire.

PHYSIQUE
COULEUR DE PEAU: Blanche.
CARACTÉRISTIQUES DES CHEVEUX: Cheveux mi-longs, droits, toujours coiffés avec le soin le plus méticuleux. Ils sont gris, tirant légèrement sur le violet. Il s'agit de ma couleur naturelle.
CARACTÉRISTIQUES DES YEUX: De petits yeux d'une couleur grise, presque violette.
DESCRIPTION DE LA SILHOUETTE: 1 mètre 85 centimètres, 75 kilos, une silhouette élancée, presque maigre.
PARTICULARITÉ: Une certaine prestance dégagée par mon accoutrement, toujours très classe. Je veille à garder une image impeccable de ma personne en tout temps.

CARACTÈRE
PERSONNALITÉ: Soigné - Méticuleux - Curieux - Secret - Mystérieux - Taciturne - Paraît sévère - Ne parle jamais, ou presque, de lui - Généreux - Sympathique - À l'écoute - Calme - Posé - Charmant - Poli - Courtois - Distingué - Original - Intéressé - Patient - Attentionné - Protecteur - Dévoué - Travaillant - Déterminé - Rêveur, sauf concentré dans une tâche précise - Incertain de sa sexualité et mal à l'aise avec cet aspect - Créatif - Intelligent - Observateur - Modeste - Passionné - Simple
Vous découvrirez à mon contact un jeune homme calme, souriant et attentionné, qui vous couvrira de sa générosité s'il vous en juge méritant. Je me considère très intéressé par les autres et par ce qui m'entoure, tellement que si un sujet me passionne, je peux me laisser aller à la conversation pendant plusieurs heures, moi qui suis d'un naturel plutôt taciturne. J'attends et j'écoute. Je ne presse aucun de mes mouvements, ce qui fait de moi un excellent Coordinateur, en plus d'une imagination débordante qui se traduit en une créativité épanouie. Si ma carapace paraît souvent impénétrable, je souffre beaucoup de mon passé, que je cache à tous, même à mes plus proches amis comme Solène, pour qui je me dévouerais tout entier. J'ai une âme sensible à la violence et à la pauvreté, l'ayant vécu moi-même de la façon la plus agressive. Ainsi j'essaie de redonner le plus possible à autrui, offrir tout ce dont j'ai manqué: amour, raison de vivre, argent. Je pourrai vous sembler froid, distant. Il est vrai que je protège activement mes secrets et même mes états d'âme. Je crains beaucoup de m'ouvrir. Beaucoup trop.

GOÛTS & DÉGOÛTS:
Goûts: Je m'intéresse à tout ou presque. Tant que l'on puisse m'instruire, je suis présent pour écouter, sans juger, toute information nouvelle. Histoire, géographie, politique, mathématiques, sciences appliquées, Pokémon, vie culturelle, anthropologie, littérature... nommez-le. Je ne tranche pas, d'aucune façon, dans une discrimination quelconque les sujets de mon intérêt. Au contraire. On me trouve toujours, un livre à la main, dévorant ses mots, assouvissant ma soif de connaissances dans ses pages. Vraiment, je lis abondamment, obsessivement. Chaque moment libre est investi dans la lecture, ou presque. Je dois avouer avoir une préférence toute spéciale pour la poésie, qui fait bondir mon coeur. Je peux réciter des vers avec une grande facilité. J'aime beaucoup les beaux habits... certains jugent mon accoutrement un peu extravagant, mais je prend grand plaisir à m'habiller selon mon propre style. De façon générale, j'ai des goûts simples et je sais me contenter de très peu. La musique provoque beaucoup de bonheur chez moi, surtout la musique classique, mais je peux autant écouter du jazz, du rap ou de la pop. Sinon... j'ai une affinité toute spéciale avec les Pokémon. J'adore les membres de mon équipe et j'en prends soin comme des membres de ma propre famille. Je m'adonne parfois à la cuisine, quand j'en trouve le temps et y démontre même un certain talent. J'ai aussi un coup de peur pour la pêche, mais j'ai rarement la chance de m'adonner à cette activité, ne sachant pas nager.

Dégoûts: Je déteste la faim, je déteste la pauvreté, je déteste l'injustice, sous toutes ses formes. La violence gratuite, le sang aussi. Je déteste le Régime. Autant pour moi. D'un côté plus personnel, je ne suis pas un grand fan de sport, au contraire. Je n'aime ni le regarder, ni m'y adonner, sauf peut-être la marche à pied. Je n'aime pas l'hypocrisie et me montre sans pitié pour ceux qui, sans regret, me mentent. Ceux qui se placent au-dessus des autres font ressortir le côté le plus sombre de moi et je préfère les éviter le plus que possible.

ASPIRATIONS & PEURS:
Désirs: Je crois avoir assouvi la plupart de mes désirs, atteint la grande majorité de mes aspirations. Je veux rester sur cette bonne voie, continuer à protéger ma soeur Clarissa, ainsi que tous les membres de la famille Weber. Un jour, j'aimerais retrouver Robin pour Solène et Maelys, même si je ne leur ai jamais dit. Je ne parle pas de ce sujet avec eux. Trop douloureux pour elles. Évidemment, en tant que Souffle de la Résistance, je souhaite mettre fin au Régime, ainsi que de rétablir le gouvernement d'Eliza Turnac le plus fidèlement possible. Je veux m'impliquer dans cet éventuel nouveau gouvernement, créer des programmes pour aider les familles pauvres qui se multiplient. J'aimerais aussi aider de jeunes Coordinateurs à réaliser leur rêve, ainsi je voyage pour préparer des âmes prometteuses pour les finales.

Craintes: Je crains tant de choses. Il devient parfois difficile, la nuit quand je me retrouve seul contre moi-même, de faire face à cette angoisse qui persiste. Impossible de m'y subsister. Elle me suit, pas à pas. Si je me dresse contre lui, le Régime m'effraie. J'ai peur de mourir entre leurs mains. J'aime vivre. J'aime ma vie. J'aime les miens. Je ne veux pas les quitter. Je sais prendre d'énormes risques pour les défendre, et cette perspective m'effraie. Je souvent combattre mon anxiété face à la mort, qui se mute parfois en crises d'angoisse qui se font, je le crains, de plus en plus fréquentes. Je crains aussi la mort d'une autre source, celle de mon propre corps. Des années dans les déchets d'Amanil, de la malnutrition et du manque d'hygiène a passablement abîmé ma santé. Je sais mon coeur fragile. J'ai de plus en plus de mal à cacher ma peur face à ce sujet, surtout à ma meilleure amie, Solène Weber. Je doute qu'elle puisse comprendre, donc je lui cache, ça comme bien d'autres choses. Je suis particulièrement pudique de ma personne et m'ouvrir aux autres me terrifie, comme si quelque chose s'était brisé en moi, il y a de nombreuses années. J'ai appris à survivre, et pour moi la survie passe par le silence...
J'ai plutôt peur de l'eau, ne sachant pas nager. Je suis prêt à apprendre, mais un peu embarrassé par tout ce que je ne connais pas. Sinon, je ne crains pas grand chose d'autre. Peut-être mis à part... l'intimité. Avec un homme ou avec une femme... je ne sais pas. Je suis incertain de ma sexualité ou du moins, je n'arrive pas à l'accepter. Je l'évite le plus que possible, terrifié à l'idée d'aimer et de me rapprocher de cette façon avec une autre personne.

ALLÉGEANCES: Je crois qu'en lisant la suite, vous n'aurez aucun mal à percer ce mystère.

HISTOIRE
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
CHAPTER ONE : VIOLET
Rêves, mélancolie et solitude.

Puisque je dois m'y tremper, voici donc mon passé. Vous trouverez cette histoire longue, probablement, mais rien ne vous oblige à vous y pencher. Considérez-vous plutôt privilégié d'entrer aussi candidement dans mon univers. Gardez précieusement les informations recueillies, car je ne les partage pas au premier venu.

Ma mère s'appellait Ruby. Elle a, pour ainsi dire, vécu toute sa vie dans les dépotoirs de la grande capitale d'Amanil, l'échine courbée sous le poids du capitalisme, les mains en sang à force de travailler. J'ignore quel âge elle avait, ou à quoi elle aspirait quand elle décida d'ouvrir ses cuisses à un jeune homme qui passait pas là, mais il n'en fallu pas plus pour la condamner à jamais. Laissez-moi vous raconter quelque chose. Les habitants du bidonville d'Amanil sont des âmes perdues. Ils ne possèdent rien. Ils ne rêvent pluss. Ils sont seuls à se débattre avec leur propre survie. Ils vivent dans des maisons en carton aussi grosses qu'une baignoire, fabriquées avec tout ce qui peut leur passer sous la main. Ils vont, nus, et sales, tendre les mains du désespoir, quêtant amour, quêtant argent dans les rues d'Amanil. Dans les bidonvilles d'Amanil, les hommes tombent comme des mouches, par la maladie et la faim, par la tristesse et la désillusion. Ceux qui survivent ne sont que des épaves brisées à la dérive, menaçant chaque jour de couler dans un océan d'oubli.

Pour une jeune fille des bidonvilles, le pire cauchemar s'appelle «grossesse». Un accouchement signifie, la plupart du temps, la mort. Quand mère et enfant survivent, alors les problèmes commencent réellement. Il faut s'en occuper en travaillant, il faut l'habiller et le nourrir, au détriment de soi. Quand il est difficile de survivre seul, qu'en est-il de survivre à deux? Beaucoup abandonnent leurs bébés. Je ne compte plus le nombre de cadavres brisés que j'ai pu retrouver sur les berges de la rivière polluée. La vie là-bas n'est pas facile et il faut être prêt à faire tous les sacrifices, mais Ruby n'en fut pas capable. Par miracle, elle survécu à son accouchement qui lui offrit un beau petit garçon. Autre merveille, le bébé était en parfaite santé. Une chance inouïe pour la jeune mère qui se surpris à ressentir beaucoup d'affection pour ce petit être qui signifierait douleur et privation pour les mois à venir. Et douleur et privation ce fut.

Elle ne m'a jamais raconté comment elle nous a sorti de ce merdier que représente les cinq premières années de vie. Je sais par contre qu'elle s'est débattue comme une forcenée. Elle s'est accrochée de tout son désespoir, s'écorchant à vif. Passant au travers de toutes les épreuves, de toutes les douleurs. J'ai peu de souvenir de ma petite enfance, mis à part celle de la solitude. Je passais mes journées à errer dans les rues des bidonvilles, à jouer dans les déchets, à chasser des chiens errants. Nous n'avions pas les moyens de me payer des vêtements, ainsi je me faisais manger par le soleil. Je jouais avec d'autres gamins, aussi sales, aussi maigres que moi, le ventre distendu par la faim, les yeux hagards mais le petit coeur battant de rêve et d'espoir. Les petits peuvent encore rêver eux, mais bientôt le poids du travail les écrase. Inévitablement. La moindre lueur de vie, le moindre souffle d'espérance est écrasé par la menace constante de la mort, par la douleur de la faim qui vous tenaille. Il ne fut une époque de ma vie où je vécus une faim aussi sournoise, aussi terrible. Je passais mes nuits à hurler et ma mère se couchait près de moi, son nez enfoui dans mes cheveux gris, à chanter et chanter et chanter pour éloigner mes tourments. Mais quand les tourments menacent de te tuer, toutes les berceuses du monde ne peuvent t'apaiser. Je me demandais parfois pourquoi le monde en entier m'haïssais. Ruby me racontait souvent comment on nous avait oublié. Que nous devions nous débrouiller seul car personne ne nous aiderait, jamais. J'étais enfermé dans une mélancolie épaisse, que seul l'amour de ma mère aurait pu chasser. M'aimer aurait pris trop de temps, du temps qu'elle investissait dans notre survie.

À cinq ans, rien n'avait changé J'avais aussi faim, aussi soif, j'étais en colère. Si ma condition de vie était la même, j'avais cependant appris une chose: rien au monde ne pourrait m'aider autre que moi-même. Une réalisation qui frappe tous les jeunes gens du bidonville un jour ou l'autre. C'est pourquoi, un beau jour de décembre, je rassemblai des vêtements de ma mère et pris la direction du dépotoir, à plus de cinq kilomètres de marche de ma maison. Je connaissais plus ou moins le chemin, mais je n'avais qu'à suivre les autres gamins qui s'y rendaient, les pieds nus dans le sable, les bras ballants. Si vous pensez qu'une pile de déchets est le dernier endroit où vous souhaiteriez vous trouver, vous seriez surpris de constater qu'une foule de jeunes enfants s'y enfonçaient jusqu'aux genoux, leurs sacs sur leurs dos remplis de victuailles. Dès ma première journée, je ne me fis pas prier. Je fouillais comme un expert à la recherche de nourriture, de matériaux ou de quoi que ce soit que j'aurais pu vendre. Je me rendais ensuite au marché, malodorant mais souriant, à héler les passants pour quelque cochonnerie que j'avais pu ramasser. Mon enthousiasme et mon aspect probablement moins repoussant que les autres m'ont grandement aidé. Je revenais vers neuf heures le soir, couvert de déchets, mais heureux d'offrir à ma mère une part de ce que j'avais pu rapporter, quelques cents pour un morceau de métal à recycler, un jouet ou une broche à peine brisée pour ses longs cheveux gris comme les miens...

Cinq autres années se déroulèrent ainsi. Je n'étais pas particulièrement malheureux, mais chaque jour, le travail m'épuisait de plus en plus. Raideurs aux dos, ampoules et verrues récurrentes, problèmes de poumons... Les dépotoirs ne sont pas vraiment l'endroit rêvé pour un enfant en pleine croissance. Je garde encore à ce jour, des vestiges de vieilles blessures datant de cette époque. Malgré tout, je pouvais compter sur ma mère et elle pouvait compter sur moi. Nous passions si peu de temps ensemble que je ne l'ai jamais vraiment connue. Par contre, nous nous aimions, à notre façon, chacun de notre côté. Notre petit confort se retrouva totalement chamboulé quand Ruby se retrouva une fois de plus enceinte. Elle tenta de me le cacher longtemps, mais pour un petit garçon sans éducation, je ne manquais pas d'intelligence et de ruse. J'ignorais tout de la conception de ce petit être, mais je savais déjà ce que sa venue représenterait. J'avais tout prévu. Au lendemain de l'accouchement, je prendrais le bébé et le jetterait dans la rivière, assurant à ma mère et moi un avenir un peu plus doré. Le moment vint, finalement. J'étais aux côtés de ma mère quand le tout se produisit. Je retirai même le bébé ensanglanté de ses entrailles, avant de le poser contre sa poitrine. Nous avons lavé le poupon ensemble, l'avons enroulé dans une couverture et nous nous sommes regardés, brisés d'inquiétude. Je me sentais malade à l'idée de ce que je devais accomplir le lendemain matin, et je craignais la colère de Ruby qui jamais n'avait haussé le ton contre moi. Cette nuit-là, je ne dormis pas.

Le lendemain au lever du soleil, ma mère dormait toujours, et le bébé aussi. Je pris la petite fille dans mes bras et l'entendis hoqueter. Tout comme moi, elle n'avait aucun problème physique au contraire. C'était bien le bébé le plus rose et le plus énergique que j'avais jamais vu dans cette partie de la ville. Sans oser la regarder, je pris la direction de la rivière. Je repense encore à ce moment. À ma douleur. À ma peur. Au sacrifice. Devant les eaux sales de la rivière, je ne pensais pas au bébé, je pensais à moi. À qui j'étais. Je ne m'étais jamais posé cette question auparavant. Je considérais l'eau et le poupon et je me demandais si je pourrais vivre avec moi-même après ce meurtre. La petite me ressemblait, beaucoup. Malgré moi, je l'aimais. J'adorais sentir sa chaleur contre ma poitrine. Ses petits gazouillis qui chantaient à mes oreilles. Ma petite soeur. Je restai assis longtemps, sur les berges polluées du cours d'eau piqué de déchets. Le coeur lourd, l'esprit embrumé. La fillette pleurait pour la première de faim, mais ce ne serait pas la dernière fois. Au bout de quelques heures, j'avais tant réfléchi que je me sentais las, sans vie. J'étais revenu de cette introspection en homme nouveau, cependant. Tant de promesses faites à moi-même ce jour-là m'accompagnent toujours aujourd'hui. Me battre jusqu'à ma mort. Protéger la petite. Être honnête avec moi-même. Ainsi je rentrai chez moi, Clarissa dans les bras. Ainsi nous fûmes trois.

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
CHAPTER TWO: BLEU
Fraîcheur, loyauté et rêve

L'arrivée de Clarissa changea tout. Il bouleversa mon monde. Si ce n'était que de ce petit bébé plein d'espoir, peut-être serais-je encore dans les bidonvilles à errer telle une âme perdue, crevé sous le poids de la faim et de la fatigue. Une détermination nouvelle m'avait gagné avec ce fardeau supplémentaire. J'avais envie de couvrir le poupon d'or, de la gater, d'en faire une princesse. Mais comment alors que je peinais à survivre pour moi-même? Deux choix se présentèrent à moi: la tricherie ou la chance. Comme je ne possédais pas particulièrement ce dernier, j'optai pour la tricherie. Ce pour quoi je démontrais un talent certain en très peu de temps. Je ne suis pas très fier de cette époque de mon existence, mais je n'avais, pour ainsi dire, pas trop le choix. Si le dépotoir était loin, le centre-ville d'Amanil l'était d'autant plus, mais la marche en valait certainement la peine. Dans les quartiers du centre, des manoirs à gosses de riches s'entassent, pleines de luxure et de rêve. Petit et agile, je me glissais sans problème au-dessus des hautes clôtures dorées et m'infiltrais par une fenêtre. Au fil des tentatives, je devins très doué pour éviter les chiens, bousiller les systèmes d'alarme et me dissimuler aux caméras. Rapide et intelligent, je pouvais aussi m'enfuir aisément quand un garde de maison me surprenait. Je rapportais tout ce que je pouvais trouver, tout ce dont nous avions besoin. Vêtements, savons, nourriture. Je cherchais aussi les bijoux, que je revendais à des gars louches qui passaient souvent dans le coin. Nous fûmes bientôt en mesure d'aménager dans un appartement miteux de la basse-ville. Un appartement mieux est toujours mieux qu'une boîte de carton. Chaque jour, je risquais ma vie, mais je ne prenais jamais trop, seulement ce dont nous avions besoin pour survivre. Nous pouvions enfant prendre soin de notre santé, de notre hygiène. Je pus m'acheter ma première brosse à dent! Du haut de mes onze ans, il ne me restait plus beaucoup de dents en santé, même que quelques unes avaient même tombé.

C'est sur ce garçon frêle et édenté que tomba Pasqual Alvarez un beau mercredi après midi. Ce jeune garçon de douze ans eu la surprise de sa vie en me voyant fouiller dans le tiroir de petites culottes de sa mère. Je m'étais introduit dans sa maison avec une facilité déconcertante, et avais aussitôt pris la direction de la chambre des maîtres. Le tiroir à sous-vêtements, une vraie mine d'or de bijoux! J'avais le nez enfoncé dans la dentelle quand il entra, un verre de jus d'orange à la main. En sentant sa présence, je me suis figé. Il bloquait la seule porte, mais je pourrais toujours sauter par la fenêtre. Le choc serait dur, je m'y casserais peut-être une côte ou deux, mais au moins, je n'irais pas en prison. Je pourrais continuer à m'occuper de Ruby et Clarissa... Je me retournai donc vers lui, et nos regards se sont croisés. Je n'avais jamais vu de yeux pareils. D'un vert mordoré, deux océans de bonté. Son teint halé et ses cheveux noirs contrastaient avec ma pâleur et ma chevelure grise. Comme tant d'autres choses. Ce jeune garçon respirait la confiance. Il n'avait jamais manqué de rien, c'était évident. Il me considérait avec surprise, et une pointe de pitié aussi. Je devais faire pitié à voir. Nous vivions des moments difficiles à cette époque car Clarissa était malade. Je n'avais rien avalé depuis deux jours entiers. Longtemps, nous restâmes suspendus ainsi, en attente. Puis il brisa le silence de sa voix posée:

«Tu n'as pas besoin de voler, tu sais?»

Il vint vers moi sans menace et referma le tiroir intime de sa mère. Il prit ma main et en examina la peau. Sale, rugueuse, craquelée.

HORS-JEU
PSEUDO: Golden
ÂGE: Toujours 20 ans
DISPONIBILITÉ: La même
COMMENT AVEZ-VOUS CONNU LE FORUM?: Sérieux?
QUE PENSEZ-VOUS DU FORUM ET DU CONTEXTE? Impeccable.
PERSONNAGE SUR L'AVATAR: Tsuwabuki Daigo [Pokémon]
CODE: Enola restera forte
AUTRE: //


Dernière édition par Kaylie Monroe le Mer 31 Juil - 21:56, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokedestinies.forum-canada.com
Kaylie Monroe
Admin Fondatrice - Coordinatrice
avatar

Messages : 203
Date d'inscription : 09/10/2012
Age : 24

Fiche du dresseur
Type de dresseur: Coordinatrice
Région et ville d'origine: Hearthome City à Sinnoh
Équipe Pokémon:

MessageSujet: Re: Maxwell Roméo Young   Jeu 18 Juil - 22:32

FICHE DRESSEUR

INFORMATIONS GÉNÉRALES
RAPPEL GROUPE: Élite - Résistance
RAPPEL RÔLE: Maître Coordinateur - Souffle de la Résistance
VILLE DE RÉSIDENCE/D'ARÈNE: Nuva Eja

TEAM CLASSIQUE
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image] - Mustébouée ♂ - Turbo - Glissade - Rigide
COMMENT L'AVEZ-VOUS CONNU?:
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]- Feuforêve ♀ - Mystie - Levitation - Timide
COMMENT L'AVEZ-VOUS CONNU?:

TEAM ÉLITE
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image] - Togekiss ♀ - Pandora - Sérénité - Douce
COMMENT L'AVEZ-VOUS CONNU?:
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]- Momartik ♀ - Izobel - Rideau Neige - Malpolie
COMMENT L'AVEZ-VOUS CONNU?:  
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]- Farfaduvet ♂ - Gamen - Infiltration - Joviale
COMMENT L'AVEZ-VOUS CONNU?:
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]- Milobellus ♀ - Ydila - Écaille Spéciale - Calme
COMMENT L'AVEZ-VOUS CONNU?:
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]- Simiabraz ♂ - Domingo - Brasier - Gentil
COMMENT L'AVEZ-VOUS CONNU?:
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]- Voltali ♂ - Zackson - Absorb Volt - Modeste
COMMENT L'AVEZ-VOUS CONNU?:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokedestinies.forum-canada.com
 
Maxwell Roméo Young
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Coetzee, John Maxwell] Michael K, sa vie, son temps
» 9x08, Young Man with a Horn (spoilers)
» Emily Young, Le secret de Miss Mole
» [Coetzee, John Maxwell] L'homme ralenti
» INDIANA JONES ET LA DERNIERE CROISADE - Young Indiana Jones - (RAH 426)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokémon - Twisted Destinies :: Pokédex :: Fiches de Dresseurs et Équipes-
Sauter vers: